Infrastructures et mobilité

Les prestations de transport tant routier que ferroviaire ont connu une forte hausse ces dernières années, en raison notamment de la croissance démographique et de l’éloignement géographique accru entre le lieu de travail et le domicile. Les projections de l’Office fédéral du développement territorial* prévoient, entre 2010 et 2040, une augmentation globale de 25% des prestations de trafic voyageur, soit une augmentation de plus de 50% du trafic en transport public et de quelque 18% du trafic en transport individuel motorisé. S’agissant des prestations du transport de marchandises, la hausse globale devrait être de 37%, 45% pour le domaine ferroviaire et 33% pour le domaine routier, celui-ci continuant à assumer plus de 60% des prestations.

Des problèmes de capacité des infrastructures routières et ferroviaires sont donc appelés à perdurer. Les agglomérations et les communes sur le territoire desquelles se trouvent les principaux goulets d’étranglement des réseaux de transport continueront à connaître un fort engorgement à l’avenir. Pour les entreprises et la bonne marche de l’économie, il est important que les réseaux de transport soient les plus fluides possibles. Il est donc essentiel d’accélérer le développement et l’adaptation des infrastructures ferroviaires et routières, sans en privilégier l’une par rapport à l’autre.

Les principaux programmes d’investissements fédéraux dans les infrastructures de transport sont les fonds FORTA (infrastructure routière et trafic d’agglomération) et FIF (infrastructure ferroviaire), les mesures d’aménagement faisant l’objet d’étapes pluriannuelles avalisées par les Chambres fédérales. Il convient de veiller à ce que la Suisse romande dans son ensemble se voit dotée des investissements nécessaires lors des prochaines étapes d’aménagement.

* Office fédéral du développement territorial (2016) : Perspectives pour le trafic voyageurs et le transport de marchandises en Suisse d’ici à 2040.

r

Priorités

  • Soutenir les investissements nécessaires à la fluidification des réseaux, via les fonds FORTA et FIF.
  • Veiller à ce que les futures étapes des programmes de développement stratégique (PRODES) du rail et de la route prennent en compte les besoins de la Suisse romande dans son ensemble.
  • Veiller à ce que les agglomérations de Suisse romande soient dotées des investissements nécessaires dans le cadre du programme en faveur du trafic d’agglomération.
Autre mesure
  • Encourager l’utilisation des voies de secours comme 3e voie de circulation sur les routes nationales, dans l’attente des extensions de capacité des infrastructures concernées, en particulier face à des situations de goulets d’étranglement.