Main-d'oeuvre

En Suisse, lorsque l’activité conjoncturelle se rétracte, les travailleurs dont la durée de travail est réduite ou l’activité suspendue ont, en théorie du moins, droit à une indemnité de chômage en cas de réduction de l’horaire de travail (RHT) dans les conditions suivantes :

  • La réduction de l’horaire de travail est temporaire et va permettre de maintenir les emplois concernés ;
  • La perte de travail n’est prise en considération que si elle est due à des facteurs d’ordre économique et qu’elle est inévitable.

En l’état, dans le domaine de la construction, la RHT n’est accordée que dans les cas suivants : baisse notable du carnet de commandes ou situation économique plus grave par rapport à la même période durant les deux dernières années. Ainsi, contrairement à d’autres secteurs comme l’horlogerie, la RHT n’est accordée qu’à titre exceptionnel.

En parallèle à l’activité conjoncturelle, les entreprises de la construction sont également en première ligne des entreprises concernées par les interruptions de travail saisonnières liées aux conditions météorologiques, en particulier dans les cantons alpins*.

r

Priorité

Assouplir le cadre légal de la RHT dans le domaine de la construction et accorder une indemnité de chômage notamment dans les cas suivants :

  • Retards de chantiers en raison d’oppositions de tiers, d’imprévus dans la rénovation d’un bâtiment ou de l’indisponibilité de certains corps de métiers.
  • Fluctuations saisonnières du carnet de commandes.
  • Dans une situation conjoncturelle difficile et lors du report de chantiers.

 

* HES-SO Valais, Institut Entrepreneuriat et Management (2017) : Causes du chômage hivernal dans le secteur principal de la construction (SPC) en Valais.